Carnet de Voyage (LAOS) 4

LUANG PRABANG
Ils l’ont tous dit, et l’Unesco l’a confirmé en l’inscrivant au Patrimoine mondial de l’humanité, Luang Prabang est une merveille unique au monde. C’est plus que cela. Un monde enchanté où le temps est suspendu. Un monde envoûtant que je parcours de pagodes en monastères et aussi au fil des ruelles de la ville aux belles maisons coloniales, et des berges du Mékong à la douceur enivrante. Et puis, il y a la vie, qui coule tranquille comme les eaux du fleuve. Qui respire dans les pagodes et les monastères, qui ici sont tout sauf des musées. Qui transparaît dans les regards paisibles et joyeux de tout un petit peuple d’artisans, pêcheurs, commerçants et paysans qui, coupé du monde pendant des décennies, a continué à mener sa petite vie tranquille. Même aujourd’hui, où les visiteurs passionnés sont nombreux. Luang Prabang se visite à pied. Le cœur de la cité, où se nichent la trentaine de Vat et monastères, les belles demeures coloniales et les anciennes maisons laos en bois sur pilotis s’étire sur un kilomètre de long et 300 mètres de large à la confluence du Mékong et de la rivière Nam Khan. A arpenter avec bonheur, du premier au dernier Vat, car tous, même les petits et simples, ont un charme particulier. Mes coups de cœurs sont le Vat Xieng Thong pour sa richesse d’ornements, le Vat Sène (celui de la fête), le Vat Ma et le Palais Royal pour les reliques d’une vie de monarque et les belles fresques art déco de l’artiste française Alix de Fautereau. Deux épreuves physiques (!) sont incontournables: se lever avant l’aube pour être à 6 heures sur la rue Sisavangvong et assister au défilé des centaines de bonzes qui, chaque matin, viennent recevoir leur aumône de nourriture; et monter au sommet du mont Phousi (328 marches) pour jouir de la vue aérienne de Luang Prabang au crépuscule, (pour se repérer, avant tout chose se procurer le plan « Hobo Map » de la ville, très clair, où tout est signalé nommément).
Les environs de Luang Prabang ont aussi quelques incontournables :
– Les chutes de Kouang Si sont plutôt de belles cascades, à 30 km au sud de la ville. Le trajet est joli mais malheureusement la petite tigresse recueillie en 2000 après le meurtre de sa mère, a été la rejoindre au paradis des tigres.
– Prendre un bateau (embarcadères sur le Mékong) pour aller sur l’autre rive visiter Bane Chan, le village des potiers, modeste mais très actif et bien dans son jus.
– Les grottes de Pak Ou: en amont du Mékong, à 35 Km de Luang Prabang – plusieurs grottes sacrées dans une falaise dominant le fleuve, où cohabitent une multitude de statues de Bouddha avec les chauves-souris. La balade sur le fleuve est bucolique et on peut se restaurer dans les gargotes sur pilotis en face de la grotte (louer un bateau pour la demi journée ou la journée à l’embarcadère de Pak Ou)
– Bane Pha Nom : le village Thaï Leu des tisserands, à 4 km à l’est de la ville. Grand marché de soieries désormais de qualité très variable, tant sur le plan de la matière (parfois 20 % de soie + 80% de coton) que du tissage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*