Carnet de Voyage (LAOS)

LE SUD
Fort et contrasté. Une face sauvage avec le plateau des Bolovens, couvert de jungle et de plantations de thé, café et cardamome (datant des Français) où subsiste une vie tribale et primitive ; et un visage doux avec la région des 4000 îles ou « Si Phan Don », lovées au cœur du Mékong, édens verts paradisiaques.
PAKSE : construite par les Français au début du siècle est une grande ville calme sans grand intérêt hormis d’être une ville étape pour la découverte du plateau des Bolovens. Remarquable pour sa jungle inextricable, ses cascades vertigineuses (Taat Fan) ou abondantes (Taat Lo). Au départ du Tadlo Resort, la ballade musclée en forêt à dos d’éléphants ou à pied dans les traces de ceux-ci à la découverte des villages Alak et Katu, connus pour leurs sacrifices de buffles, a des parfums d’aventure à la Indiana Jones. Plusieurs villages Katu dans les forêts alentour sur la route du retour vers Paksé, comme Ban Ko Phoung ou Ban Houay Houn. Ces protomalais animistes, manifestement très pauvres, ont conservé leur coutume de confectionner leurs cercueils de leur vivant, creusés dans des troncs d’arbre, avec un couvercle sculpté d’images d’animaux.
Hôtels:
HOTEL RESIDENCE DU CHAMPA – Chambres jolies et confortables avec air conditionné, salle de bains, IDD Tél., TV satellite et mini-bar – Bon restaurant – Location de voiture et de bateaux – PO Box 504 – Route 13 – près du pont du Mékong – Tél. : +856 (0) 31-212 120 – Fax: +856 (0) 31 212 765/212 649 – champare@laotel.com.
TADLO RESORT: à une heure de route de Paksé, un lodge charmant dans la forêt, en bordure d’une cascade sur la rivière Sexet – chambres sympathiques dans des bungalows en chaume (réservation conseillée) – excellent restaurant (petits prix) sur une terrasse de rêve dominant la cascade. Le Tadlo Resort propose des promenades en forêt d’environ 2 heures sur ses deux éléphants (env. 10 $ par heure et par éléphant) ou à pied avec un guide indispensable. A titre indicatif, un éléphant au Laos coûte approximativement le même prix qu’une moto Honda neuve. – PO Box 04 Salavan – Tél. : +856 (0) 34 211889 – souriyavincent@yahoo.com ‘ (}OJ^ IvJK
Retour à Paksé, pour embarquer le lendemain matin à bord du Vat Phou pour une croisière, de 4 jours sur le Mékong. Enchanteresse et inoubliable. Du fait du bateau d’abord (34 mètres de long et 7 de large), au look délicieusement rétro et exotique, avec un immense pont promenade ombragé, agrémenté d’un exquis salon-bar d’où on domine le fabuleux paysage du Mékong et de ses berges alentour. Douze cabines hyper-confortables avec air conditionné, douches et toilettes – solarium – Le restaurant sert une excellente cuisine laotienne, thaïe ou occidentale. Le capitaine conduit de main de maître, et le guide plus les sept membres de l’équipage sont des modèles de gentillesse. Les moments forts de la croisière sont la visite du fameux temple montagne pré-angkorien Vat Phou (celui dédié au phallus de Çiva), dans la région des 4000 îles, la paradisiaque île de Khong avec son chapelet de rizières et son beau monastère ancien (le Vat Jawm Thong); les impressionnants rapides et chutes de Khon Phapheng; la balade magique au cœur de la vie de tous les jours sur l’île de Don Khon jusqu’aux rapides de Taat Somphamit (effet brumisateur garanti). Mais la croisière en elle-même n’est qu’une succession de moments forts où je n’ai de cesse que de contempler le Mékong changer ses atours tout au long du jour. CROISIERE VAT PHOU: réservation à Paris – ASIA, 1 rue Dante, 75005 Paris, Tél. : 0144415010 ou Site Web: ivww.asia.fr

VlENTIANE
La belle capitale à l’allure désuète d’une bourgeoise de province dort dans une torpeur exotique le long du Mékong. La ville se découvre à pied et avec circonspection vu l’état des trottoirs. La stupeur extatique dans laquelle me plonge la vue du Mékong au soleil couchant a fait que je n’ai pas vu le trou de l’exacte taille de mon pied s’ouvrant dans le trottoir dans lequel ma jambe droite s’est enfoncée d’un coup sec jusqu’à l’aine. Plus de peur que de mal. Le comble est qu’il s’agissait d’un trottoir « refait ». Parmi les nombreux Vat de la ville, mon préféré est le Vat Sisaket (entre l’avenue Lane Xang et la rue Setthathirat) le seul temple ancien de la ville qui ne fut pas brûlé par les Siamois au XIXe siècle, et qui contient des milliers de statues et statuettes de Bouddha en bronze, bois, pierre ou argent, dont les plus anciennes datent du XIVe siècle. À deux pas de celui-ci, le musée du Vat Ho Pra Kéo abrite une collection hétéroclite, mais avec des pièces magnifiques, d’art lao et khmer. Le grand stûpa sacré du Vat That Luang, emblème du Laos, ressemble à une grosse maquette en plâtre. Au bout de la rue du même nom se trouve le fameux Arc de Triomphe, le Patuxai, construit avec le ciment donné par les Américains pour les pistes de l’aéroport.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*