Cambodge 2

Momie et Hévéa (Centre et Sud)

De tout temps je me suis laissée mener par le bout du nez avec ivresse par mes intuitions. Comme celle qui m’a fait dire « stop » sur la route entre Kampong Thom et Kampong Cham. Devant un monastère modeste sur des pilotis grêles, le long d’une route banale et sans histoire. Pour la plus grande joie des écoliers qui ... Read More »

Le Monde Englouti (Le Tonlé Sap) 2

Le délirant chapelet est arrivé sur un lac, sur lequel maintenant il tourne et tourne encore, en une valse païenne et sonore dont le sens m’échappe. Sur la terrasse de l’épicerie flottante en bois bleu sur laquelle je me trouve, le petit singe au bout de sa chaîne est très effrayé. Les poules sur leur radeau-poulailler restent zen et picorent. ... Read More »

Le Monde Englouti (Le Tonlé Sap)

Entre le feutre vert des rives, la remontée de la rivière Sangker est bucolique à souhait. De jolis jardins pleurant les jasmins dans les roseaux, des bambous luxuriants secouant leur torpeur dans la brise chaude et des poules d’eau placides. Soudain, un coup de fusil claque, puis un autre. Mon jeune guide Bunath se fige. Fixe la rive avec des ... Read More »

Mortelle Etreinte (Angkor) 3

Pierre Loti, sans en arriver là, ne se pâme pas non plus d’extase. « Les apsâras, qu’elles sont jolies et souriantes sons leurs coiffures de déesses, avec pourtant toujours cette expression de sous-entendu et de mystère qui ne rassure pas […] Les ruines s’enveloppent d’une majesté soudaine, tellement que je me sens profanateur d’être encore là. Et puis, une épouvante ... Read More »

Mortelle Etreinte (Angkor) 2

Le sol, spongieux et glissant se dérobe sous mes pas. Un mince sentier serpente en une montée douce sous le couvert des arbres. Vers le lieu sacré depuis la nuit des temps, Kbal Spean, la rivière aux 1000 lingas. Déposés par les dieux antiques dans son lit, ils sanctifient dans un rituel incessant les eaux en cascades qui les baignent. ... Read More »

Mortelle Etreinte (Angkor)

De ses monstrueux tentacules livides, la forêt étreint les ruines avec un amour furieux. Ici l’écorce se fait pierre, la bouche du dieu s’ouvre sur une fleur, la mousse verdâtre fourmillante d’insectes anime le galbe d’un ventre ou rehausse la saillie tremblante d’un téton. Des fougères échevelées naissent de ces pierres où une musique sculptée rythme, depuis des siècles, la ... Read More »