Mortelle Etreinte (Angkor) 2

Le sol, spongieux et glissant se dérobe sous mes pas. Un mince sentier serpente en une montée douce sous le couvert des arbres. Vers le lieu sacré depuis la nuit des temps, Kbal Spean, la rivière aux 1000 lingas. Déposés par les dieux antiques dans son lit, ils sanctifient dans un rituel incessant les eaux en cascades qui les baignent. De nombreuses divinités sont aussi sculptées dans la pierre, dont les silhouettes mystérieuses paraissent empreintes de vie sous le cours ondoyant de l’eau. Comme des noyés dans un dernier sursaut. Oubliés du monde dans le silence entêté de la grande forêt. L’endroit est magique. C’est pourquoi je continue à monter, à gravir cette maudite sente qui semble ne pas avoir de fin. Il fait intolérablement chaud, d’une chaleur humide et malsaine, saturée de senteurs languissantes. Des papillons fatigués volent à la dérive, hésitant à s’abattre sur des fleurs d’ombre, aux nuances pâlies par ce sous-bois glauque comme les grands abysses.

Un bruissement saccadé et assourdissant me transporte brutalement dans Apocalypse Now. A travers une trouée de la forêt, sur l’azur du ciel, se profile l’ombre rapide d’un hélicoptère sous lequel, au bout d’un long filin, se balance une cage, contenant des félins manifestement pas contents. Des feulements de tigres en ces lieux, c’est bien pour la couleur locale mais c’est peut-être trop en faire, façon décor de film. D’ailleurs il s’agit bien d’un tournage. Des porteurs me dépassent, trottinant en cadence sur la sente abrupte avec une écœurante facilité, des hottes en osier sur le dos, débordantes de fougères, d’orchidées, de plantes grasses, manifestement pour le décor ambiant. Au vu de l’exubérance de la végétation qui m’entoure cela me laisse perplexe. Sans doute est-il difficile de se sevrer des artifices. En haut, le lieu magique est clôt d’immenses grillages occultés de rideaux, derrière lesquels les feulements des tigres déchirent la jungle. Des hommes en noir à la mine patibulaire jouent très sérieusement aux policiers et empêchent quiconque d’approcher.

A voir: voyage Cambodge | 20 jours au vietnam | jonque oriental sun | circuit vietnam 18 jours | voyage ninh binh | circuit au cambodge 10 jours | Circuit 17jours vietnam

Et daignent m’informer que Jean-Jacques Annaud – le fameux réalisateur français – tourne un nouveau film au Cambodge : Les Deux Frères. Pour moi sans aucun doute la tragédie de deux frères ennemis l’un Khmer rouge, l’autre progouvernemental victime désignée. En fait il s’agissait d’un autre drame, d’une toute autre teneur, celui de deux petits tigres. Un très beau film remarquablement réalisé, qui m’a émue aux larmes. Mais peut-être aurait-il été plus décent de réaliser ce film ailleurs, dans un pays qui ne porte pas de telles cicatrices à vif. Mais peut-être aussi les centaines de Cambodgiens engagés à cette occasion à des tarifs mirobolants pour là-bas pensent-ils autrement et aujourd’hui encore.

« Une masse de moellons bruns recouverts d’un grès gris, à peu près pareil à celui de Fontainebleau […] à cet énorme temple on accède par une chatière, répétée, bien visible et exaltée, comme un petit trou noir dans le château central […] tous les pavillons ont Informe d’une croix. Au milieu le grand ananas central sous lequel était l’image de Siva, dieu de l’amour et de la destruction. Il reste les 4 ananas flanquant le massif central […] Partout ces apsâras au sourire éthiopien dansant sur les ruines en une espèce de cancan sinistre. Uniquement des images féminines, de volupté, subsistent […] L’après-midi que j’ai passé seul, tout en haut de ce temple maudit, n’ayant pas encore compris l’étrange sentiment d’oppression et de dégoût, au loin les lignes immenses de la forêt vierge, les roulements de tonnerre sourds, les cris des singes qui se poursuivent (les apsarâs), les bonzes jaunes qui errent en psalmodiant, l’un d’eux derrière moi avec un grand couteau […] Angkor est bien un des endroits les plus maudits, les plus maléfiques que je connaisse ». Manifestement, le bigot Claudel n’aime pas Angkor Vat.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*